LES PAPILLONS

Les Papillons élaborent depuis dix-sept ans des assemblages, étonnants, marquants et parfois déjantés de morceaux célèbres empruntés à divers répertoires musicaux. Que se passe-t-il lorsque l’on enlève son côté sérieux à un monument de la musique classique, lorsqu’on fait sonner une chanson pop comme du Mozart, lorsque deux morceaux que tout oppose commencent à dialoguer ou lorsqu’on ne sait plus du tout à quel genre appartiennent les diverses mélodies?

Pour leurs arrangements, Giovanni Reber et Michael Giertz se réfèrent avant tout à un phénomène actuel: la compression des choses. Tout doit être rapide, compact, et présenté d’un bloc. C’est ce que proposent également Les Papillons, en cherchant toutefois à rendre à ce chaos d’impressions musicales une forme et un esprit. Leur performance, qui fait parfois penser à un quiz, amuse à coup sûr!

Les Papillons invitent les auditeurs à plonger dans leur univers ramifié. Avec leur sens du gag, leur virtuosité époustouflante, une touche de théâtralité et un bon timing, ils présentent une fresque de la musique sous toutes ses formes, et rendent par là même, hommage à chacune d’elles.

 

Divers:

En 2016 Les Papillons ont gagné le Prix du public du "Herborner Schlumpeweck 2016"

En 2013, à Aardorf, Les Papillons ont été nommés Roi du Cabaret au Festival de cabaret «Die Krönung».

Les Papillons ont sorti leur deuxième CD en 2010 – à l’occasion de leurs dix ans d’existence. Leur nouvel album «Le Grand Tour» réunit environ 70 tubes issus de 300 ans d’histoire de la musique.

En 2006 sort leur premier album : «Mémorïques».

En 2004 les Papillons ont obtenu à Winterthur le prix d’encouragement du «Prix du cabaret d’Europe centrale».

 

 

Michael Giertz (piano), né en 1966

Michael Giertz passe son enfance musicale en compagnie d’un violon. Il apprend le piano en autodidacte et est le premier surpris lorsqu’il réussit le concours d’entrée au conservatoire de Bienne. Il y étudie le piano jusqu’à ce qu’il quitte à nouveau l’école... Il étudie ensuite la musicologie à l’Université de Bâle. En parallèle, il s’essaye à la scène, en tant que pianiste pour «Chanson Fatale» et de violoniste pour «Music à la Crème», jusqu’à ce qu’il s’attaque avec Giovanni Reber à un «lustigen Konzertabend», dont les conséquences insoupçonnées se font ressentir encore aujourd’hui.

 

Giovanni Reber (violon), né en 1981

Giovanni Reber n’a pas même essayé de passer les examens d’une haute école; à l’âge de 18 ans, il s’est directement consacré à bousculer le monde de la musique en compagnie de Michael Giertz. A l’âge de quatre ans, il avait déjà un violon entre les mains. Plus tard – grâce à son expérience de barman – il réussit à faire connaître son instrument à un public jeune et à faire danser des boîtes entières lors de ses performances en live. Aujourd’hui, il travaille également en tant que responsable musical pour des troupes de théâtre.